• Accueil
  • > Archives pour octobre 2011

Archives pour octobre 2011

Les Komiks : Professeur X en WIP !

Demain vacances, donc petit WIP avant le départ, avec le terrible Mork’ Yavelle, devenu désormais le Professeur Charles Xavier !

Donc au programme, reste à lui coller les bras, Cérébro sur la tête, et à peindre le bonhomme !

Image IPB

Image IPB


Image IPB

Et le scoop du jour : le prof boit du Coca !

Image IPB

Petite question :
Pour son costume, lequel verriez-vous ?
- son traditionnel costard cravate
- la même panoplie que les autres X-Men, à savoir bleu et jaune, comme dans First Class
- son costume sur Génosha, style X-force, gris et noir

Je penche plus pour le costard cravate qui permet de reconnaître le perso, mais de quelle couleur ? Marron, noir ou bleu ? Je verrais plus marron, pour trancher avec le reste, ou peut-être bleu…
Qu’en pensez-vous ?
Grob’ ;)

Les Komiks : Tornade à moto !

Et voici Storm (Tornade in French) finie !

Alors, petite précision avant que certains ne hurlent de terreur : je l’ai réalisée avec sa coupe iroquoise, car d’une part, ça lui donne un look plus « motard », et d’autre part, je trouve les développements du personnage plus intéressants quand elle a cette coupe…

Image IPB


Image IPB


Image IPB


Image IPB


Image IPB

Voilà, donc le costume traditionnelle jaune et bleu contraste bien avec la moto, et toute une bande d’orks comme ça devraient bien le faire !
Grob’ ;)

Arkham Cabalum : Poison Ivy finie !

Comme promis, Poison Ivy finie !

Et photos pourries…
J’ai passé un temps dingue à sculpter les deux roses (qui ressortent super mal à la photo Arkham Cabalum : Poison Ivy finie ! dans Arkham Cabalum skull ), et surtout à coller le lierre, c’est un calvaire !

Image IPB


Image IPB


Image IPB

Donc comme vous le voyez, j’ai fait un essai de socle !
En blanc, le carrelage représentatif de l’asile, et derrière elle, de la boue/terre qui la suit inconsciemment…
Qu’en pensez-vous ?

Et du coup, parti dans ma lancée, j’ai fait celui de Harley :

Image IPB


Cette fois, juste du carrelage, avec du sang par terre, et un truc marron verdâtre d’origine non-identifiée, mais sans ça c’était trop propre… -x

Grob’ ;)

Arkham Cabalum : Poison Ivy en WIP !

L’asile d’Arkham se remplit, avec le WIP d’une nouvelle pensionnaire, Poison Ivy ! Cette dernière fera office de chef des mandragores, convertis en hommes-arbres biscornus…

Image IPB

Rien de converti pour l’instant, mais j’aime bien peindre avant pour voir ce que ça peut donner après conversion…
Donc en gros, à la place de l’espèce de fourche devrait être perchée une plante carnivore (merci Sakartoune pour la bonne idée !), et sur son socle, la robe, les cuisses, le bâton et quelques cheveux, du lierre…
Grob’ emoticone

Les Komiks : the incredible Nightcrawler !

Comme promis (un peu plus tôt que prévu, m’enfin, 2 semaines sans pinceaux, j’étais en manque… Les Komiks : the incredible Nightcrawler ! dans Les Komiks wacko ), voici Kurt Wagner, alias Nightcrawler, alias Diablo in French !

Image IPB


Image IPB


Image IPB

Donc il lui manque la queue, et il devrait être fini…
Le sabre, c’est parce qu’il adore les pirates (véridique ! thumbsup dans Les Komiks ), et utiliser la salle des dangers pour déclencher des simulations de batailles navales…
Grob’ emoticone

Arkham Cabalum : Diverses folies + exclusivité sur le blog !

C’est parti pour l’asile !

D’abord, améliorations d’Harley (qui a encore été améliorée après les photos) ! Alors en réel, on voit la différence, mais en photo, ben pas vraiment…

Image IPB


Image IPB


Image IPB

J’ai amélioré le rouge en l’éclaircissant au orange et en insistant sur les arabesques, puis j’ai rajouté du gloss varnish sur toutes les parties en cuir, histoire que ça ressorte mieux, ainsi que sur sa bouche et son masque.
J’ai également changé la couleur du drapeau PAN, je trouve que ça se voit mieux… Et ça fait plus Joker !

Et Harley menant les clowns :

Image IPB

Un test pour un cabalite de Mr.Freeze. Pagne blanc et énergie glacée oblige !

Image IPB


Image IPB


Image IPB

Et le début du projet top secret…
Donc une bande de cérastes massacrées par un (non un et demi en fait) ennemi encore inconnu du grand public (vous en fait Arkham Cabalum : Diverses folies + exclusivité sur le blog ! dans Arkham Cabalum whistling ), mais qui, s’il est attentif, peut deviner l’identité de ce mystérieux ennemi…

Image IPB


Image IPB


Image IPB


Image IPB


Image IPB

Donc le niveau de peinture est légèrement moins élevé que sur les cabalites, mais le but de ces zouaves est d’être visibles de loin, mais pas trop, pour ne pas détourner l’attention des protagonistes principaux…
Et comme ici on est sur mon blog, et pour récompenser ceux qui viennent jeter un coup d’oeil de temps à autre, je vous dévoile le projet !

J’ai demandé il y a quelques mois à Minus et Arthubert si quelqu’un s’était proposé pour le toit de la seconde tour warfo, et suite à une réponse négative de leur part, j’ai donc sauté sur l’occasion !

Je vais donc me charger du toit de la 2ème tour.
Le projet, en lien avec l’armée sus-nommée, est donc un combat eldars noirs vs orks. Les eldars noirs seront représentés par le Joker, une autre Harley Quinn et des clowns, tandis que les orks seront… Batmork et Grotbin ! emoticone

Au programme : un duel au sommet entre Batmork et le Jokeroïde, une Harleyquinax cassant le célèbre projecteur à la chauve-souris, et le petit Grotbin se chargeant de tous les clowns pathétiques !

Niveau figs, j’ai à peu près ce qu’il faut, par contre, l’affaire va se corser dans la construction du toit… J’ai la base, mais je peux vous assurer que ça s’annonce difficile !

Voilà, vous êtes donc les premiers à être au courant !

Grob’ emoticone

Les Komiks : Début de mon CDAPOS (Choix Des Armes Pour Ork Solitaire) X-Men !

Hop, après deux semaines particulièrement chargées en boulot, ça se calme, donc j’en profite !

Comme promis sur le Warfo, avec la fin de la Confrérie, je commence mon mini-CdA à moi qu’il est bien, avec les X-Men !
L’idée de base étant d’avoir la même composition d’armée que pour la Confrérie, donc 9 figurines (4 motos, 1 buggy, 1 trakk, et le boss). Voici donc la liste des figs de ce CDAPOS (Choix Des Armes Pour Ork Solitaire) :

- Boss : Charles Xavier
- 4 motos : Cyclope, Diablo, Emma Frost, Wolverine
- 1 buggy : Colossus, Kitty Pride
- 1 trakk : Le Fauve, Armor

Les personnages sont ceux tirés de la série Astonishing X-Men, avec Diablo en plus (j’aurais pu mettre Tornade, mais je préfère la garder en Chokboy).
Image IPB

Niveau historique de l’armée, je vais essayer de continuer, alternant bd et texte (5 pages de bd en cours, pour faire la transition Confrérie/X-Men !)…

Voilà, donc premier teaser, Diablo qui se prend pour un pirate, et Emma Frost avec ses chaînes de diamant… Au fond, j’étais partie sur Psylocke, mais finalement, je vais la remplacer… Pour l’instant, pas de conversion, donc sur le téléporteur, il manque sa queue de démon, et sur la télépathe, comme d’habitude, poitrine et cheveux…

Redimensionnée à 73% (800 x 600) – Cliquez pour agrandirImage IPB

Et je me permets de poser la question ultra-importante :
DE QUELLES COULEURS LES MOTOS ??? Les Komiks : Début de mon CDAPOS (Choix Des Armes Pour Ork Solitaire) X-Men ! dans Les Komiks w00t

Voici les différentes propositions :
- mode sentinelle bleu et violet, comme la Confrérie, mais en alternant les positions des couleurs par rapport à la Confrérie
- mode noir et métal, qu’on retrouve assez souvent sur les appareils des X-Men
- mode bleu et jaune, comme leurs uniformes (ça peut être très joli, mais ça risque d’être redondant)
- autre, si vous avez des suggestions !

Voilà pour ce soir, ce week-end, j’essaie de peindre Diablo !
Grob’ ;)

Les Komiks : CdA GM, le fluff en entier !

Voilà le fluff entier de ma bande pour Gorka Morka, la Confrérie de Magnétok ! 

Comme nous sommes partis sur un fluff commun avec urthred, j’ai inséré ses derniers textes, pour que vous ayez bien tous les éléments de l’histoire. 

Je n’ai pas mis le début des aventures de Mork’Yavelle, car cela n’a pas de rapport avec ma bande (et en plus c’est très long), mais vous pouvez les lire sur le sujet d’urthred ! 

Donc pour situer le personnage, vu que je ne le décris pas dans ce qui suit : Mork’Yavelle est le nob d’une bande de boyz qui portent tous des noms de conquérants ou tacticiens connus (Napoléork, Léonitrass…). Il est armé de sa célèbre hache « Diplomassie », qui est un atout de poids lors des discutions et pourparlers avec les adversaires, et est connu pour fomenter des plans qui peuvent se révéler foireux. Il a récemment été embauché par Miradork pour maintenir la sécurité du train les menant à Mekaville. 

Mais tout de suite, place au fluff ! 

 

L’engin se déplaçait à toute vitesse, bondissant de dune en dune, dans un fracas du tonnerre. Les caisses de munition à l’arrière s’entrechoquaient, et Badka avait du mal à rester assis, guettant les environs, à l’affut du moindre soupçon d’attaque. Toad conduisait, également aux aguets, même s’il s’efforçait de cacher son inquiétude en zigzaguant entre les obstacles de la manière la plus dangereuse qui soit. Ils avaient été chargés, parmi de nombreux orks, d’escorter le train, mais avaient été séparés lors d’une attaque menée par des créatures visqueuses et dégoûtantes. De nombreuses victimes furent à déplorer, mais la victoire fut la leur, car les orks ne perdent jamais. Et maintenant, ils roulaient en direction du convoi, pour le rejoindre et revenir en héros.
- Ca m’soule, lé trop loin l’train !
- Arrêt’ de couiner, ‘bruti ! Cé pas com ça kon lé rattrapera !
- M’en fous, j’veux juste taper un truk, j’en ai marre de rouler !
- T’as l’feu aux fess’ ou koi ? On s’amuse bien avec le buggy !
- En parlant d’feu, fais gaffe, y en a un droit d’vant !
- Koi ?
- ‘Tention !
La collision fut brutale. Son attention détournée par les flammes qui flamboyaient au loin, Toad n’avait pas vu la déformation sismique à quelques mètres devant. Le buggy heurta les roches violemment, et son équipage fut projeté dans les airs. A peine se relevèrent-ils qu’un bruit pétaradant retentit, et qu’une moto lancée à une allure folle bondit au-dessus d’eux. Le motard était un pro, tant et si bien que par une audacieuse manœuvre, il parvint à rouler sur le buggy tout en faisant un dérapage sur le guidon, qui se brisa sous le choc.
Alors qu’il retirait son casque, un tremblement secoua le sol, les faisant tomber à nouveau. Ils voulurent s’enfuir en rampant, mais un cercle de flammes entoura la scène. Ils se retournèrent, et virent deux autres motards qui les observaient, l’un sombre et froid, l’autre riant aux éclats. Des orks aussi, sans doute une bande qui cherchaient à piller le Miradork.
Ils firent à nouveau volte-face, et virent que le dernier ork les fixait intensément. Il avait une allure bizarre : un costume vert séparé par un éclair blanc, une moto customisée de manière impressionnante, apparemment axée sur la vitesse, mais c’était surtout sa tête qui les surprit. Pas son air supérieur ni son rictus hautain, mais ses cheveux ! Il arrivait que certains orks aient des cheveux, surtout chez les femelles, mais les siens étaient blancs, presque argentés !
Le nob prit la parole :
- Lé gars, z’allez nous dire tou’ s’ke vous savez sur le Miradork.
A ces mots, Badka, qui s’était contenu toute la journée, explosa :
- Koi ? Nous z’avez dégommé pour des infos ? Té pt’êt’ un nob, mais j’m’en fous, j’dirai rien, fallait pas m’casser lé squigs !
Le rictus sur le visage du nob s’accentua.
- Avalanch’ ?
Toad se retourna et vit le motard sombre descendre de sa moto. Le sol tremblait sous ses pieds, au fur et à mesure qu’il s’avançait vers Badka. Il était entièrement vêtu d’une armure de plaques, excepté ses mains qui tenaient de curieux gadgets. Il prit le pauvre Badka par le cou, sourit, puis rejeta sa tête en arrière. Ses mains se mirent à trembler intensément, à tel point que la tête de l’autre éclata.
Toad se recula en arrière, terrifié. Il s’écarta du cadavre, mais buta sur un obstacle. Il leva la tête, et eut la surprise de voir que le nob chevelu le regardait. Il aperçut un collier de dents phosphorescentes autour de son cou. Il l’attrapa, tentant d’étrangler l’ork avec, mais celui-ci le repoussa. Un phénomène étrange se produisit alors : il eut un haut-le-corps, et prit d’une soudaine inspiration, cracha sur le nob. Celui-ci sauta en arrière pour éviter la déjection, laissant le champ libre à l’ork. Il bondit sur ses pieds, et se retrouva six mètres plus loin !
Alors qu’il se demandait ce qu’il venait de se passer, il entendit un cri de rage :
- Pyro, arrêt’ le !
Il se retourna, mais trop tard, les flammes le recouvraient…

***
Aïe. Ca brûle. Toad ouvrit les yeux, tout endolori. Il vit la tête du nob chevelu au-dessus de lui. A sa grande surprise, celui-ci lui tendit la main.
- T’es le premier depuis longtemps à réagir aux cristaux kom ça.
Il se racla la gorge, et le releva brusquement. Il lui montra les formes devant lui, et proclama d’un ton solennel :
- Bienv’nu dans la Confrérie de Magnetok ! 


***
Bzzz. Bzzz. Bzzz.
Tiens, une mouche. Bzzz. C’est marrant les mouches. Bzzz. Ca vole en zigzag, comme les kopters. Et ça s’écrase partout. Bzzz. Comme les kopters. Bzzz. Par contre, les kopters ça se mange pas. Bzzz. Mais les mouches c’est bon en fait. Bzzz. Bzzzzz. Bzzzzzzz… SLURP !

- Toad ! Cé krade c’ke tu bouf’ ! Cé les squigs qui bouf’ des mouches ! Té pas un squig, alors tu t’ tiens korect, ok ?

Pff. Quel gâche-fête ce Pietrok. C’est le chouchou du Gros Mek, alors c’est lui qui donne les ordres. Logique. Toad n’avait pas tout compris à son histoire, mais savoir qu’il n’avait besoin de l’autorisation de personne pour le tuer lui suffisait.
Le sol trembla légèrement, et des pas lourds se firent entendre. Ils entendirent un bruit curieux, mélange de succion, d’éclatement et de fuite de gaz. Les murs du hangar tanguèrent légèrement, puis redevinrent figés. Ils attendirent quelques instants, lorsque le silence fut troublé par un cri, semblable à un rugissement.
- Toad ! Wandal veut t’ voir !

Le visage de Pietrok se fendit d’un rictus méprisant, ce qui devenait une habitude chez lui. Il passa sa main dans sa chevelure blanche, ce qui était souvent synonyme d’agacement profond.
- Blop sé coincé, pour changer… Pourkoi y a ke des débiles ki réagissent aux kristal ? Bon, tu f’rais bien d’aller voir Wandal, l’est pas aussi dékontrakté qu’ moi…

Toad bondit du bidon sur lequel il était perché à contre cœur. Il avait déjà rencontré Wandal, le jour de son arrivée, mais de loin, caché dans l’ombre. Il ne savait pas trop à quoi s’attendre. Mais apparemment, l’ork était proche de Magnetok, c’était sans doute un bon moyen de pouvoir approcher le Gros Mek et de l’apercevoir ne serait-ce que quelques instants. Il n’avait jamais vu un boss ork aussi discret. D’habitude, ils combattaient au milieu de leurs troupes, partageaient la vie des orks normaux, avec quelques avantages, certes, mais au moins, on les voyait. En fait, on ne voyait qu’eux. Mais il n’avait jamais vu Magnetok.
Existait-il vraiment ? Ou n’était-ce qu’une invention de Pietrok pour diriger la troupe ?
Il devait mener l’enquête. Qui sait, tout ceci n’était peut-être qu’une gigantesque machination ! La race entière des orks était peut-être vouée à l’extinc… Bzzz… Tiens, une mouche… 

*** 

***
Brr… Il fait froid ici. La pièce est sombre, pas d’ouverture dans les murs, juste une torche accrochée. Et au fond, une forme se détache de la paroi.
- Wandal ? Cé toi kié là ?

La forme remue légèrement. Cette mascarade commence à être pénible. Faudrait savoir, il fait partie de la bande ou pas ? Si oui, pourquoi toutes ces cachotteries ?
- Hou hou ?
- Bienv’nu, Toad…
- Ah !!!

La voix l’avait surpris. Surtout qu’elle n’était pas aussi gutturale que celle d’un ork habituel. Ce pouvait-il qu’il s’agisse d’une… femelle. L’ork s’était avancé dans la lumière, et Toad en eut le souffle coupé. Des épaules carrés, une mâchoire anguleuse, deux dents proéminentes semblables aux défenses des gorets sauvages, des biceps saillants, de petits yeux méchants et venimeux. Bien sûr, ce qui gâchait un peu le tableau étaient les lèvres pulpeuses et les deux déformations mammaires propres aux femelles, qui étaient d’ailleurs assez imposantes dans son cas. Elle avait également une longue chevelure brune, encerclée par une sorte de couronne rouge, assortie à sa tunique.
- Gueuh…

La bave lui coulait le long du menton, et sa langue se mit à pendouiller lamentablement. Il vit Wandal sourire d’un air vicieux, alors qu’elle s’approchait de lui.
- V’là ton kristal ! , dit-elle d’un ton langoureux.

Elle lui attacha un cordon autour du cou, auquel était accroché un morceau du minerai lumineux qu’il avait vu autour de celui de Pietrok. Il sentit un frémissement, puis un sursaut, et plus rien.
- Cé tout ?
- T’inkièt’, les réaktions arrivent kan on s’bat en normalement… Du coup, j’vais d’voir te taper…
- Glups…

Il vit le bras de Wandal se lever, ses yeux se plissant sous l’excitation du combat qui allait se dérouler. La main commença à s’abaisser, lorsqu’un grand courant d’air jeta les deux orks en arrière. Toad se redressa et vit Pietrok qui se tenait au milieu de la pièce.
Alors que Wandal sortait un fling’ pour lui faire payer le fait de l’avoir jetée par terre, le nob prit la parole :
- Tu risk’ d’en avoir b’soin, ouaip. Y a tout’ une bande de diggas qui s’amènent !
- Koi ?
- T’inkiète, Avalanch’ et Pyro sont d’jà sur plass’ ! Faut k’ Blop arrive à s’lever, et j’viens d’croiser Lornak en ch’min… Mais les diggas y sont plein, donc feriez bien d’y aller aussi…

Toad déglutit difficilement.
- On va s’battr’ contre une armée entièr’ ?

Le rictus de Pietrok s’agrandit.
- Ca t’dit d’ passer ton initiassion dehors ? Hurk hurk… 

*** 

 

Le truk volait. Littéralement. Comme une mouche. Et comme elle et le kopter, il allait s’écraser. Sur Toad. Aïe.

***
- Niark niark niark !
Les flammes se jetèrent avidement sur les diggas. Pyro les dirigeaient à l’aide de deux lance-flammes customisés tout en éclatant d’un rire goguenard et sadique. L’air autour de lui sentait le squig grillé, mais ici les animaux étaient remplacés par des humains. Ceux-ci tentaient de se jeter sur lui en hurlant, mais leurs cris se transformaient en lamentations lorsque les flammes les enveloppaient.
Le massacre était tout aussi violent quelques mètres plus loin. Avalanch’ écrasait férocement ses poings sur la surface rocheuse sous ses pieds, ce qui avait pour effet de fissurer le sol et de créer de nombreuses déformations sismiques. Il n’hésitait pas à plaquer ses membres sur les visages des diggas, les faisant éclater comme de vulgaires pastèques.
Les hommes qui essayaient d’échapper à ce sort mortel se retrouvaient nez-à-nez avec un ork gigantesque, qui les écrasait comme des mouches. La taille de Blop était semblable à celle d’un troll, ce qui encourageait le mastodonte à utiliser ses bras pour soulever toutes sortes d’objet, allant du simple pneu à la carcasse d’un truk, et les projeter violemment sur les quelques fous qui osaient s’aventurer dans les environs.
Mais l’optimisme des orks fut de courte durée. Loin devant eux se trouvait un gros chariot, rempli à ras bord de diggas armés jusqu’aux dents. Mais le plus inquiétant était le canon placé à l’avant du chariot, qui leur faisait face.
- Lé gars, z’avez k’une chance d’faire un strike !
Avalanch’ grogna, tandis que Blop s’approchait de lui.
- Jé hât’ d’y être ! Hurk hurk !
Le visage de l’ork se fendit d’un rictus effrayant.
- Ok Blop, dékolaj’ !
Le pachyderme se recroquevilla sur lui-même, et attendit son compère. Avalanch’ fit craquer ses jointures, ricana, et écrasa sauvagement ses poings sur le sol. Les roches jaillirent avec une telle vitesse que le corps énorme de Blop fut projeté dans les airs. L’ork obèse éclata d’un rire gras tandis qu’il se préparait pour l’atterrissage. Les hommes du chariot virent avec un étonnement non dissimulé la gigantesque masse fondre sur eux, mais il était trop tard.
Le choc fut brutal.
Le colosse avait atterri en plein au milieu du véhicule, écrasant la moitié de ses passagers. Malheureusement pour lui, il était si gras que son ventre s’était coincé dans le trou qu’il venait de former au milieu du truk. Son sourire goguenard s’effaça lorsqu’il vit les quelques survivants l’encercler en grimaçant méchamment.

***
Ses deux compagnons étaient encore à l’autre bout du terrain, et allaient bientôt être les témoins d’un massacre sur le pauvre obèse.
- Niark niark ! Blop va s’faire défonss’ !
- T’inkièt’ pt’tit’ krot’, laiss faire le nob de la vitess’ !
La voix de Pietrok fut couverte par le vrombissement du moteur. Les deux orks levèrent la tête et virent la moto bondir au-dessus d’eux. Ils entendirent un petit cri de terreur : Toad faisait tout son possible pour s’agripper au pot d’échappement, mais la vitesse était telle qu’il était ballotté dans tous les sens. Le bolide fonça à travers le terrain, en direction du truk ennemi.
Dès qu’ils virent la moto du nob, les diggas commencèrent à paniquer. Certains hurlèrent un nom, « Cuiksquiger », et les autres tentèrent de prendre la fuite.
Le seul surnom du nob suffisait à ébranler l’inébranlable. La moto chargea le truk, coupant le métal autour de Blop. La présence de Toad fut opportune, car il fut projeté violemment sur un homme qui s’apprêtait à lancer une grenade. L’instrument de mort tomba de sa main, et Toad eut juste le temps de bondir hors de portée de l’explosion, à une dizaine de mètres, tout en poussant un petit cri de panique. Ce cri se transforma en hurlement lorsqu’il vit Blop se délivrer brusquement de sa prison de plaques et balancer de colère le truk en miettes. Truk qui se dirigeait droit sur l’ork baveux.

***
C’était la fin. La fin des aventures de Toad l’ork baveux. Il le sentait. On disait que tout se passait au ralenti quand la mort arrive, mais là c’était on ne peut plus vrai.
Ca faisait bien trente secondes que le truk était en l’air. Curieux. Curieux aussi cet orage soudain. Et là, derrière le truk, un type qui vole. On ne voit pas son visage, il a un casque bizarre et une cape qui vole au vent. Mais il a la forme d’un ork. Curieux, on l’a jamais vu dans le coin. Jamais vu ? … Est-ce que ce serait…

***
- Magnetok.
Tous les diggas s’étaient agenouillés. Contre la Confrérie, ils avaient des chances. Mais contre son boss, pas la moindre. Ils n’avaient d’autre choix que de le vénérer, s’ils ne voulaient pas finir transpercés de part en part par des pieux métalliques. L’un d’eux, qui semblait être le chef, s’avança et parla d’une voix forte mais respectueuse :
- Magnetok ! Nous t’implorons de nous laisser la vie sauve ! Nous avons été forcé d’attaquer ta Confrérie dans le seul but de prendre un morceau de cristal, qui nous assurerait la suprématie sur ces terres face aux autres bandes ! Pardonne-nous !
L’ork volant laissa échapper un ricanement :
- Artikul’ !
Il tendit la main, puis serra le poing. Le casque de l’homme se mit à se recroqueviller sur lui-même, arrachant des hurlements de douleur au digga. Les cris cessèrent lorsque sa tête explosa dans un éclaboussement de sang.
Les derniers survivants se regardèrent, paniqués. Magnetok se posa en douceur sur le sol, tel un goret s’écrasant sur un snot. Le bruit mat de son atterrissage fit sursauter Toad, qui se demandait comment il pouvait voler en étant aussi lourd. Mais l’heure n’était pas aux questions.
Le boss rapprocha son visage des hommes agenouillés.
- Alors kom ça, cé l’krystal ke vous v’nez piké…
A son cou était attaché un collier rempli de fragments de « krystal ». Il arracha l’un des morceaux, et l’enfourna violemment dans la bouche du digga qui lui faisait face.
- Voyons s’ke ça va t’faire !
Les yeux de l’homme s’écarquillèrent lorsqu’il sentit une vague d’énergie le traverser. De la fumée s’échappait de ses narines, et son visage tournait au bleu. Les autres eurent un mouvement de recul lorsqu’ils virent ses oreilles fondre, puis son nez, puis son crâne tout entier.
Magnetok partit d’un grand éclat de rire, relayé par ceux de la Confrérie.
- Cé ça k’vous voulé ? Z’êtes mazo lé gars ! Hurk hurk !
Il se retourna et fit signe à deux silhouettes derrière lui. Wandal s’approcha, accompagnée d’une autre femelle que Toad n’avait jamais vu. Alors que Wandal était toute vêtue de rouge, l’autre était en vert. Ce devait être Lornak, dont lui avait parlé Pietrok quelques jours plus tôt.
Il ne put s’empêcher de frissonner en voyant les deux femelles abattre un à un les humains, devant l’impassible Magnetok, dont la haute stature était illuminée par les éclairs derrière lui.
On aurait dit que Gork en personne était descendu dans la trass. C’était l’incarnation de Gork. 

*** 

- Pietrok, faut k’j’te dise un truk essenssiel. Cé un plan makiavélik ki va nous zotoriser à rafler l’plus gros bout d’krystal k’on ait jamais vu.
Les deux orks s’étaient enfermés dans une pièce sombre au creux d’une pyramide, là où personne ne pourrait les entendre. Il était important que ce plan reste secret, ou Magnetok aurait perdu toute sa crédibilité auprès des bandes rivales, du moins concernant la première partie.
- Cé pt’être un peu complexss pour toi, mais y faut k’tout’ la troupe s’fass’ capturer par une autr’ bande k’est chez les tapettes de Miradork… Y s’appelle Morkyavelle j’krois, et cé un glandu ki pense k’à des plans tordus ki fonktion’ pas… Mais j’ai ma ruz’ moi zaussi, et elle est plus ruzé k’la sienn’…
- Koi ??? Nous fair’ kapturer ? Cé koi s’bazar ?
Magnetok soupira, puis tendit violemment le bras droit vers le nob. La pince énergétique se referma sur la gorge de Pietrok, qui commençait à paniquer.
- On diskut’ pas mes ordres, p’tit’ krot’ ! Y s’f’ront kapturer, cé kom ça ! Un poing cé tout !
- Oké, j’ai dit ke pouik !
Le boss regarda son sous-fifre d’un air venimeux, puis le balança de l’autre côté de la pièce.
- Appel’ Wandal, faut ke j’korrige ton inkompétenss kronik’…
Le nob chevelu se releva de mauvaise grâce, et sortit en claquant la porte. 

*** 

(Texte d’urthred) 

Décidément, cette nuit, les alentours de la Gork Bertha étaient bien déserts. Pas un mouvement à l’horizon, excepté bien sûr les volutes paresseuses s’échappant de milliers de tuyauts qui émergeaient comme des épines de l’immense silhouette bringuebalante de l’immense forteresse de bataille, et de ses roues qui tournaient lentement.

Mais mork’yavelle avait insisté pour couvrir les arrières le l’imposant assemblage. En effet les rumeurs sur une bande insaisissable qui rôdait autour se multipliaient, et le nob avait toutes les raisons de croire qu’une attaque se préparait. Il avait sélectionné l’endroit qu’il défendrait avec soin. En effet si cette partie du vesso n’était pas la moins bien blindée, elle possédait en revanche un nombre non négligeable de prises faciles pour un ork voulant s’infiltrer dans le space hulk roulant par le haut, et rentrer dans les entrailles de la bête.

Soudain, quelque chose lui parvint. Un sifflement aigu qui se renforçait de seconde en seconde, et se saturait de la même manière.
Il se tourna vers l’origine du son et vit une masse noire avancer à grande vitesse vers le mégatrukk.

« donnes l’alert’, kusta, y zarriv’, javé rézon ; ordonna-t-il ; déployez-vous derrière moi, on va les zintercepter ! ».

Alor que l’ork au chapeau blanc s’exécutait à grands coup de trompettes et autres signes de son sabre, le nob fit avancer son trakk, en ordonna l’arrêt et enfin se positionna devant. Si son calcul était bon, il allait bien rigoler.

La masse noire s’était séparée en plusieurs éléments indépendants, et on distinguait maintenant clairement le bruit lourd des moteurs, pourtant encore couverts par l’agaçant sifflement aigu, parvenant de la tête de la bande.

Mork’yavelle, qui avait prévu la trajectoire de cette moto là, à la tête de du groupe adverse, se campa fermement sur ses pieds alors que d’autres bruits lui arrivaient : les bandes qui défendaient la Gork Bertha avec la sienne arrivaient. Il se reconcentra. Des balles fusaient autour de lui avec à peu près autant de précision que si c’avait été gengiss’ qui les avaient tiré : elles explosaient dans le sable tout autour de lui. Et elles venaient de sa cible.
Qui lui fonçait inexorablement dessus.

La moto n’était plus qu’à une vingtaine de mètres de lui quand il fit un brusque pas de côté et arma le plus puissant coup qu’il pouvait trouvé dans ses muscles surdéveloppés de fier nob gorker.

Il lâcha un large coup de Diplomassi, poussant en même temps sur ses deux jambes quand le choc lui parvint.

Choc qui faillit de justesse lui déboiter les épaules et lui briser les bras tant il fut violent.

Quand la tête de sa hache percuta à grand fracas la fourche de l’engin fou.

Comme dans un rêve, il vit la moto en question effectuer dans les airs un soleil.

Puis un autre.

Et encore un autre.

Son pilote ballotté, l’air un peu penaud, avec elle. Enfin elle s’écrasa avec un atroce bruit de métal tordu.

Le pénible son aigu s’était enfin arrêté.

Mork’yavelle se précipita vers le tas d’où s’extirpait une forme verte, un nob aux cheveux blancs qui essayait vainement de se remettre sur ses pieds après le choc. Sans attendre, le chef des zinnovateurs lui balança un grand coup du plat de sa hache en plein visage, l’étendant pour le compte.

Pendant ce temps, gengiss krann, à l’avant du trukk, arrosait de balles les véhicules adverses, son fling’ tressautant entre ses larges mains.

Il aimait bien ce genre de situation, où il pouvait proclamer au monde qu’il tirait aussi bien à pieds qu’au milieu des tressauts d’un véhicule motorisé à pleine vitesse.

Les mauvaises langues disaient que c’était surtout parce que dan les deux cas ses performances de tir se comptaient en nombre de chargeurs par cible touchée plutôt que d’être assez bonnes pour en être fier. Mais toute sa vie il les avait ignorées et il comptait bien poursuivre pour le restant de temps que passerait son existence sur cette planète désertique.

La bande ennemie était maintenant entourée par toute une caravane de trukks, trakks et autres motos, réduite à l’immobilité.

Kusta allait déclencher une charge finale en abaissant son sabre levé, les yeux brillants de bientôt exécuter son mouvement stratégique favori : foncer bravement et héroïquement, tête baissée et sabre au clair, quand il reçut un violent taquet qui fit voler son chapeau. Incapable de résister, kusta courut récupérer la plus précieuse de ses possessions, et d’ailleurs la seule chose qu’il lavait de tout ce qui lui appartenait, avec son pantalon.

« Bon, vous vous rendez sans faire de zistwar, j’veux vous soumett’ à la kestion et diplomater un peu avec vous ! » lança-t-il aux peaux-verte retranchés et cernés. Il se tourna vers les autres bandes. « ‘pis y sont à moi, c’est moi ki vais m’okupé d’eux o kachots d’la Gork Bertha, pijé ? » Il caressa doucement la tête de son arme en lançant un regard de défi à quiconque réfuterait son argument.

Nul ne s’y essaya, sa méthode de diplomataj’ s’étant déjà taillé sa petite réputation au travers de nombres de rixes dans la taverne du space hulk sur roue.
-Mais, chef, c’est kwa la kestion ? osa demander grommeul.

-T’vera, c’est enkor pluss drol’ que le lancer d’naporkléon, répondit le nob avec un sourire sadique. 

*** 

Mork’yavelle emmena ses prisonniers au fin fond des cachots de la gork betha, là où pouvait pleinement ressentir les vibration de la bête de métal , semblables à des secousses telluriques permanentes, à tel point que les plus petits snots devaient faire en permanence de petits sautillements ou s’appuyer à quelque chose pour rester debout.

Pour son confort, il mena toute la bande, encadrée par ses propres éléments, dans un cachot tout près de la grande salle de torture, étrangement très proche de bien des officines de médikos, qui se servaient allègrement dans les outils, et demandaient même souvent à participer aux zinterrogatwars. Mais ces zinterrogatwars étaient en général quand même conduits par des nobz, sans quoi les prisonniers avaient tendance à mourir de douleur ou de leurs plaies avant d’avoir dévoilé quoi que ce soit.

Parmi tous les outils en présence, trônait ce qui se pouvait se faire de pire en la matière, une pince arrache-dent qui permettait de prendre jusqu’à la racine, empêchant ainsi la repousse pendant un très long moment.

Mais, ses prisonniers finalement dos à un mur dans le cachot, mork’yavelle n’en était pas encore à utiliser ce genre d’outil. Il renvoya sa bande à l’exception d’erwin grommeul, qui savait en général très bien user de son petit regard porcin borgne pour affaiblir les volontés. Puis il retourna ses yeux cruels vers toad, l’ork à la langue extensible qui avait eu le don de l’énerver pendant tout le trajet en mangeant touts les squig’blatte passant à sa portée avec un immonde bruit de succion.

- Bon, toi tu m’dis pourkwa vous zavez attaké l’vesso, et j’te fais pas gouter à touts les zoutils de la sall’ d’vant lakell’ on est passé !
- Ben, parce que l’boss y nou l’a ordonné, koi d’aut’ ?
- J’te d’mand pas ça, krétin, mais pourquoi vot’boss vou l’a ordonné, l’but d’la manœuvre, l’est quand même pas aussi stupide que zugrubuglu, quand mêm’
- Ben, chépa… ni les raisons du boss’, ni kikssé le zugrubuglu, d’ailleurs.
- Parle ! ordonna le nob avec un crochet du gauche
- Méchépa !
- Parle ! un crochet du droit en pleine machoire, cette foi ci
- Méchépa !
- Bon, y’a kelkun dans vot’bande ki est un peu mieux informé ke ce squig’ là ? demanda-t-il alors à la cantonade en ajoutant un coup de pieds dans le ventre de toad pour faire bonne mesure.
- Mwa ! lança une voix féminine

Mork’yavelle se retourna vers wanda, et ne put s’empêcher de laisser glisser son regard sur ses deux gros… biceps, des plus attirants, et qui allaient si bien avec la délicate courbure carrée de sa mâchoire.

- Awé, rakont’ ça
- L’boss magnetork nous a envoyé pour kon s’fass kapturer et kon t’propoz un marché ki pourrait t’intéresser.
- Hmm, dit’ m’en pluss, jolie mamzell
- Approch’, fau kje vois si tu réagis !
- Réajir à kwa ? Pas d’entourloup’ ou y’a des têt’ ki vont se retrouver brutalement loin de leur corps !
- Bon, en gros nous on a acqui nos pouvwars en étant exposé à cet’pierr, le kristal, répondit la skarlett’ ouitch en produisant une petite pierre de la forme d’une dent, translucide et rayonnant d’une curieuse lumière bleutée. Mais ça marche ke sur certains zorks, c’est pour ça ki faut ke j’vérifie si tu réagis avec la pierr’
- Hmm, t’a attiré mon attention, mais j’veux ktum’ promette ke j’vais pas dev’nir komme ce krétin, répondit le nob des zinnovateurs en pointant un doigt accusateur sur toad, qui se massait les muscles de la machoire avec sa langue faute d’avoir les mains libres.
- Heu, j’crois ke y’a pas d’risk, ç’luila il est assez unique dans son genre.
- Bon, d’accord, j’fais kwa pour vérifier si j’réagis ?
- Approch’.

Il avança sa tête près du krital , et wanda lui appliqua sur le front.

Il se produisit alors un flash blanc, et sur ce fond blanc mork’yavelle put voir apparaître, à peine visible, le visage ricanant d’n ork encadré par le curieux casque lisse et rouge qu’il portait.

Puis il revint à la réalité en tombant sur ses fesses.

- C’est assez klair’, tu réagis ! Mais là le morceau de kristal est trop p’tit pour éveiller ton talent, ou même savoir ce que c’est .
- Et donc, c’est quoi le plan ke tum’ propoz ?
- Magnetork sait que la grok betha tire son énergie en partie d’un générateur, avec un énorme kristal en son centre. Et magnetork le veut, car les kristals ça augment’ les pouvwars. Donc le deal c’est que tu nous libères, on prends le morceau de kristal, au passage on tu va recevoir ton exposition massive ke t’a bzoin, ‘pis on fuit avec. Magnetork vient nous rékupérer à la sortie, et tu repars avec la moitié pour toi.

L’autoproclamé prinss de la brutale fourberie réfléchit un long moment.

Acquérir de nouvelles forces était très tentant, et il avait repéré chez les prisonniers de la bande interrogée des capacités des plus intéressantes. Ce kristal recelait apparemment un potentiel plus qu’appréciable. Avec celà, il pourrait sûrement s’ériger dans la société de mékavill’ au moins au rang de big boss, seigneur de guerre en manoeuvrant finement. Que l’expédition de miradork capote n’entrait finalement pas en ligne de compte. Il serait toujours temps de revenir chercher les morceaux de la gork bertha s’il n’arrivait plus à avancer sans cette source d’énergie. Et gorkamorka finirait bien par décoller avec tout ce matos dispo, même si cela prendrait plus de temps.

Néanmoins, faire un marché avec un inconnu ne lui plaisait pas trop, et il devrait jauger rapidement son partenaire au moment de le rencontrer pour savoir s’il serait pertinent ou non de le trahir pour repartir avec la totalité du kristal.

- Bon, marché konklu, j’envoie les boyz faire les préparatifs, et on fait « l’expédission kristal » demain pendant la nuit. Et pas d’entourloup’, passke ma chère diplomassie ici présente a hâte de goûter la chair de vouzot’ zarbboyz ! 

*** 

(à nouveau moi) 

Pietrok était le seul à avoir résisté un tant soit peu quand les boyz du gros nob l’avaient emmené. Du coup, il s’était fait cogner par une foule en délire, et avait été jeté dans une cellule, le temps qu’on interroge ses compagnons. La porte s’ouvrit à la volée. Cette espèce d’ordure de Mork’Yavelle entra dans la pièce, son arme immense tournoyant autour de sa tête.
- L’chev’lu,, cé parti pour l’lasso titanesk’ ! On va s’taper cé p’tites krot’ du Miradork !
Derrière lui, Wandal souriait, d’un sourire qui en disait long sur sa fourberie.
Pietrok la regarda d’un air étonné, puis ricana à son tour. Le plan de Magnetok avait apparemment marché.

Grutog et Rathgut étaient de garde. C’était cool la garde. Tant qu’il n’y avait personne, ils pouvaient s’asseoir et raconter des blagues, s’exercer au lancer de squigs, ou feuilleter des magazines eldars noirs, avec des oreilles pointues e n petites tenues. Mais surtout, on pouvait écouter aux portes, et en savoir plus que quiconque sur les plans à venir. Même si ça donnait mal à la tête.
Grutog était en pleine lecture du magazine « J’la redoute », présentant une collection de sous-vêtements féminins à l’allure mortellement sulfureuse, tandis que son compère tentait de cracher sur un bouton à l’autre bout du wagon.
Rathgut pris la parole :
- J’m’ennuie.
Gruthog ne répondit pas, absorbé dans sa contemplation d’une céraste à demi-nue.
- T’entends, krétin ? J’m’ennuie.
- Ouais.
- Pff. Obsédé.
Le silence se fit quelques instants, quand Gruthog le rompit à nouveau.
- T’entends pas un truk ?
Silence.
- Hé, krot de squig, j’te cause !
- Koi ?
- Y a un bruit j’te dis !
- Cé ça, et moi j’suis la reine d’Anguele… d’Angueueleu… krot,!
- Chut !
Silence. Bouù. Silence. Boum.
- Krot, t’avé raison !
- J’té dit !
Boum.
- Krot, ça s’rapproch…
Boum !
- J’kroi kon va s’faire kasser la…
Boum ! Boum !
- J’kroi aussi… Mé k’est-ce ke…
BOUM !
La porte sortit de ses gonds, et un énorme poing, de la taille d’un pneu, apparut.
- Mé k’est-ce ke…
Les mots moururent dans la gorge de Rathgut lorsque le poing s’écrasa sur son nez, lui arrachant à moitié la tête. Gruthog reprit ses esprits.
- Alert’ ! Alert’ ! Alargh !
Le boy n’eut que le temps de voir la porte s’abattre sur lui, avant de mourir écrabouillé.
- Cé parti lé gars, on va montrer à s’krétin d’Yavelle kon né lé meyeurs ! La courss’ à la sortie, cé parti !
Silence.
- Gnn….
Craquement.
- Gnn…
Silence.
- Hé, Blop, tu t’kass’, kon puiss passer nous zaussi ?
- J… J’suis bloké.
De l’autre côté, Pietrok se prit la tête dans les mains.
- Mé k’est-ce ke jé fait pour mériter ça, mon Gork ?

La Confrérie semait le chaos dans la moitié ouest du Miradork, tandis que Mork’Yavelle et ses boyz faisaient un carnage dans la moitié est.
Ils s’étaient accordés pour occasionner le plus de dégâts possibles au Miradork, en partant des cachots pour arriver à la salle du krystal, puis s’échapper ensemble. Des cris fusaient dans tous les coins, des cadavres s’étalaient dans les couloirs. Les pouvoirs mutants de la Confrérie faisaient des ravages, car ils n’avaient en face d’eux que de misérables boyz. Malheureusement pour eux, ils n’avaient pas de pouvoir d’orientation, et ils durent rebrousser chemin à de nombreuses reprises. Finalement, ils arrivèrent devant la salle tant convoitée. A la surprise de Pietrok, Mork’Yavelle était déjà là.
- Alor’ la bleusaïe, kés ki vous zé arrivé ?
Toad claqua sa langue et répondit :
- Cé kon sé paumé, on savé pas où k’sa s’trouvé…
Le bras d’Avalanch’ s’écrasa sur la figure de l’ork trop bavard.
- S’k’il a voulu dire, cé kon a préféré okasioné l’plus de dégâts possibles aux bandes d’krétins ki s’trouvent dans l’coin.
- Cé ça, j’vous krois…
Pietrok le regarda d’un air venimeux, et bouscula le nob pour se trouver en face de la fameuse porte.
- Bon, trèv’ de piplet’ries, on y rentr’ dans c’te salle ? 

*** 

(à nouveau urthred)

Mork’yavelle s’était bien défoulé.
Lui et sa bande avaient la réputation d’être de vraies brutes fermement au service de miradork, et de la confusion qui avait résulté de leur trahison avait résulté un vrai carnage. Au début ils avaient pu placer leurs explosifs en toute tranquillité, puis ils avaient donné l’alerte dans les zones adjacentes aux bâtons de dynamite. Des orks par dizaines avaient péri de cette fourberie, et l’opposition qu’ils avaient pu rencontrer par la suite avait été de fait bien moindre que ce qu’elle aurait pu être, sans même compter l’effet de surprise quand ils déboulaient d’une coursive pour se livrer à un nouveau massacre.
Naporkléon avait même réussi à égorger par derrière un ork, sa première victime au corps à corps depuis bien longtemps, c’est dire !
La bande, amputée de léonitrass’ et de evilsunz-tzi, qui roulaient non loin du point d’extraction prévu, avait ensuite tranquillement dirigé ses pas vers la salle des machines, et le générateur derrière, seulement blessée de quelques contusions et autres plaies superficielles. Les armes blanches, en revanche, ruisselaient de sang à tel point que le métal des têtes tranchantes de diplomassi ne pouvait se discerner que par quelques petits endroits.
Mork’yavelle était content. Maintenant sa lame tranchait plus vite !

Ils attendirent là une vingtaine de minute la bande de magnetok, puis après les railleries de rigueur rentrèrent dans la salle du générateur.
Presque à bout portant, les armes à feu réglèrent leur compte aux deux mékanos en poste à ce moment là en moins de temps qu’il ne faut pour le dire.

Blop était le seul à être resté dehors. Officiellement pour garder l’entrée, mais tout le monde savait bien que de le faire rentrer aurait représenté un effort stupidement immense.

Le kristal était vraiment immense. Le plus gros morceau de pierr’ kibrill’ que les zinnovateurs avaient jamais vu. Hérissé de pointes cristallines de toute part, il aurait tout juste pu reposer sur les lames de diplomassi. Le nob pouvait sentir son immense pouvoir, drainé par 4 bras garnis de tuyauts en tout genre qui sortaient du sol pour l’entourer.
- Bon, on fait quoi, maint’nant ? demandan mork’yavelle
- Tu t’approch’, et tu pose ta main dessus. Normalement tout le carnage ke t’a fait devrait suffire pour éveiller ton don rapidement.

Mork’yavelle s’exécuta, et un immense éclair lui traversa le bras pour arriver jusqu’au cerveau du nob, qui se retrouva projeté en arrière contre le mur. Son crâne émettait une épaisse fumée gris sombre quand il se releva
- Bon, continua wanda, maintenant tu peux l’couper en deux, t’en prends la moitié, nous l’autre.
Le prinss d’la brutal’ fourberie décela une légère hésitation dans le « t’en prends la moitié », et décida qu’il renforcerait encore sa vigilance envers ses «alliés ». Il positionna sa hache au dessus du kristal, la leva légèrement, puis envoya un coup sec, pas des plus puissant mais très net, qui fractura le cristal dans sa longueur, le divisant en deux portions à peu près égales.
- V’la vot’ bout, dit-il en leur présentant une des moitiés sans avoir pu décidée laquelle était la plus grosse et en fourrant l’autre dans son sac, qu’il avait pris pour l’occasion sur ses épaules. Maint’nant ‘faut retraverser presque tout l’vesso pour atteindre là où mes zengins attendent.
Il laissa passer son regard sur toute l’assemblée pour voir si tout le monde était près. En passant sur pietrok, il le vit comme bicéphal, une de ses têtes désincarnée lui hurlant des incohérences à propos de sa précieuse –quoi que ça put être-. Cela le perturba mais il n’en fit part à personne.
- Bon, on rest’ groupé, j’prends la tête pour vous guider, et les boyz avec des armes de tir restent derrière pour couvrir nos assauts. ‘ere we go !!!

Sur ce, mork’yavelle s’élança sur la passerelle surplombant la salle des machines. Quand il franchit la porte suivante au pas de course, la troupe sur ses talons, il perçut une présence hostile sur sa droite et se baissa inconsciemment, surpris de ce signal inédit à sa conscience, et une volée de balles transperça l’air là où sa tête aurait du se trouver.
Ce fut alors au tour de sa hache de faire vibrer l’air avant de rencontrer un abdomen tendre, puis des côtes et enfin un cœur. L’ork s’écroula en tenant ses tripes.
Apparemment maintenant tout le hulk roulant les cherchait, et les embuscades allaient se faire nombreuses sur leur chemin.
Tout en progressant, mork’yavelle était assailli de stimulis, des flash qui le prévenait des présences et des intentions des ennemis avant qu’ils n’arrivent dans sa vue. Tous étaient belliqueux, et ils étaient parfois trop nombreux pour les différencier. A tel point qu’il confondit ceux qui venaient des orks qu’il guidait, avec ceux de leurs ennemis qui arrivaient par l’arrière.
Au détour d’un couloir, il se retrouva nez à nez avec un nob armé d’un énorme gourdin. Il perçut une intention d’un grand coup descendant et décida en conséquence, dans la surprise, d’opter pour un grand coup d’boul plongeant vers la poitrine de son adversaire, qui recula, sonné. Sa tête explosa dans une gerbe carmin au moment ou wanda pressa la gâchette par-dessus son épaule.
- Eh, tu m’laiss mes viktimes, voleuse ! gronda-t-il.

Ils débouchèrent enfin, à la moité du chemin, sur une zone où les couloirs étaient plus larges, assez pour progresser à 5 de front. Leur défence se fit alors plus efficaces, pouvant combiner plusieurs compétences sur un seul côté, mais de la même manière les attaques se faisaient de plus en plus pressantes.
Pire, il entendait désormais la voix tonitruante de miradork, le massif kaptain du vesso, donner sans cesse le même ordre « trouv’mwa ces trait’, et essterminé lé ! ».
Un autre flash de pensée, mork’yavelle esquiva une rafale en se jetant sur sa droite vers un couvert et décapita un assaillant armé d’un kikoup’ qui lui sautait dessus. Il avait désormais compris qu’il percevait les pensées de ses congénaires, mais il lui en arrivait de plus en plus, menaçant de le submerger et rendant ses mouvements au combat moins précis.
Se retournant, il vit alors gengiss krann se faire transformer en gruyère sanguinolent par un groupe de fling’boyz qui arrivait dans leur dos
Et c’est ainsi, dans le chaos le plus total, que la bande se fraya un chemin vers le hangar, qui possédait une rampe ouvrant sous la gork bertha. Il y avait non loin un dépôt d’armement et de karbu. Le trukk et le trakk les y attedaient.
Alors il y eut deux apparitions.
Magnetok rentra dans le hangar par la rampe en volant, manipulant le métal de manière incroyable pour repousser leurs assaillants, et dans le couloir principal miradork déboula d’une coursive. Il était massif, très massif, même à cette distance. Son armure jaune éclatant le rendait encore plus imposant, tout comme son immense vouge, de la taille de mork’yavelle.

Alors, en désespoir de cause, mork’yavelle donna ses ordres plus vite qu’il ne l’avait prévu, et magnetok fit de même.
Evilsunz-tzi les rejoignit en courant, et le nob prit avec pyro et son mékano un couloir transverse.
- Evil, v’la touts mes zeksplosifs ki rest’, tu fais en sort’ ke ça fass’ péter tout c’ki peut péter dans les zenvirons, dans zenviron 5 minutes ! Pyro, c’est twa ki a le plus de zeksplosif sur toi dans ta bande, tu va avec pour ajouter ça à la bombe !
- D’ak ! répondirent-ils en cœur
- ‘pis moi, j’fais l’gué dans l’kouloir, alors dépéchez-vous !

Il attendit ainsi deux minutes, puis une sensation de malaise l’envahit. Alors que pyro se remémorait ses ordres, mork’yavelle avait capté ses pensées.
« Kan vou s’rez ok pour la bomb’, tu les zincendie tout les deux, j’veux pas ki r’sortt en vie, pigé ? Ensuit’ tu r’vien pour kon s’enfuiss. »
Et c’était la voix de magnetok qui prononçait ces mots. Le nob en était certain, même sans l’avoir jamais entendu.
Il se retourna, furieux, pour voir une torche orkoïde au casque pointu s’effondrer, et pyro apparaître derrière lui avec un sourire mauvais.
« Trait’ !!! » gueula eul’ diplomatt’ en brandissant son arme, son adversaire surpris de sa réaction inattendue.
Diplomassi lui trancha l’avant bras, puis un autre coup de taille manqua de faire la même chose de son genoux.
Il entendit alors derrière lui des coups de feu, agrippa son adversaire et se retourna pour s’en servir comme bouclier vivant.
Il lâcha sa victime pour faire un carnage parmis les tireurs, qui ne purent s’enfuir dans cet espace éroit.
Puis il reprit la direction du hangar, entendant les beuglements de miradork derrière lui.
Mais sa course n’était pas une fuite, preuve en était sa hache à double tête haut brandie.
Il hurla à ça cible un défi tonitruant qu’elle ressentit dans tout les fibres de son être et au plus profond de sa conscience, et non pas seulement par l’ouïe.

« J’VAI T’KREVER,TRAIT’ ZINVERTEBRE SNOTOPHAGE DE MAGNETOK !!! » 

***

(et moi pour la conclusion !) 

 « J’VAI T’KREVER,TRAIT’ ZINVERTEBRE SNOTOPHAGE DE MAGNETOK !!! » 

Le beuglement retentit dans tout le wagon. Magnetok se retourna, juste à temps pour éviter une hache qui fendit l’air à quelques centimètres de son casque. Il vit son agresseur, et reconnu Mork’Yavelle, le fameux nob réputé pour sa « diplomassie » et ses plans foireux. Il avait l’air possédé par un démon quelconque, et son regard n’était que haine. Non pas que cela lui fit peur, il avait mâté plus costaud grâce à son pouvoir magnétique, mais il y avait quelque chose d’anormal chez cet ork. Peut-être que sa réaction au krystal avait été plus violente que prévue ? Après tout, aucune importance. Seul le résultat comptait, et le résultat était qu’il allait mourir. 

 

Mork’Yavelle courait comme un dératé, lorsqu’il eut l’impression que son cerveau se brisa en morceaux. Il se vit dans tous les endroits de la salle, à travers les yeux de tous les orks présents. Tous, excepté un. Soudain, il prit conscience de la réelle portée de son pouvoir. 

-       Suss’ à l’aut’ piaf en collants, band’ d’krétins dégénérés ! 

Comme un seul homme, tous les orks possédés se ruèrent vers Magnetok. Celui-ci n’eut aucune pitié, et commença à déchirer le wagon en miettes. Des bouts de métal s’assemblèrent en formes guerrières, et de monstrueuses machines naquirent de ces montages métalliques. Les boîtes de fer se ruèrent sur les orks, tantôt les pulvérisant au tir, tantôt les déchiquetant à l’aide d’armes de fortune. Le carnage était à son comble, mais Magnetok savait que Yavelle ne s’arrêterait pas s’il prenait pleine possession de son pouvoir. Il fallait y mettre un terme, et vite. Le nob broyait les machines à main nues, ayant jeté sa diplomassie vers Magnetok, qui l’avait arrêtée d’un simple geste de la pince. Cruel destin pour Mork’Yavelle ! 

Le terrible gros mek fit s’élever haut la fameuse hache de bataille, et la remodela en forme de javelot. Prise d’un élan soudain, l’arme se mit à foncer droit sur son ancien maître, qui n’eut guère le temps de l’éviter, enragé par le combat. Le temps ralentit autour du nob, qui put voir à travers l’esprit d’une de ses futures victimes le javelot arriver sur lui, mais ce fut trop tard. Il fut transpercé de part en part, en plein dans la colonne vertébrale. Il n’eut qu’un râle de douleur mêlé aux injures quotidiennes, puis s’écroula. Ce fut à ce moment que la bombe se déclencha. L’explosion fut monumentale, et deux étages s’effondrèrent, laissant le wagon dans un état de ruine plus important que l’état des vieilles pyramides elles-mêmes. 

 

Le sourire aux lèvres, Magnétok reprit sa route. Il avait ce qu’il était venu chercher, il avait le krystal. Miradork pouvait se faire cuire un squig, il se moquait de la folle quête de ce boss trop ambitieux. Mais il était quand même content de n’avoir pas eu à l’affronter en personne. Qui sait, le hasard peut être dangereux… 

 

*** 

Les débris du wagon avaient été jetés sur la route. Les nuits passèrent, et les animaux commençaient à s’y installer, lorsqu’une main sortit des décombres. 

-       Argh… 

Il avait mal. Il allait se venger. Mais il avait mal. 

-       Greuh… 

Une tête apparut au-dessus de lui. Une tête de grot surmontée d’un chapeau. Comment était-ce possible ? 

-       Napo… Napoléork ? 

-       Boss ? 

Il vit un rictus déformer le visage du grot. Qu’est-ce qui lui prenait à cet abruti ? Qu’attendait-il pour le sortir de là ? 

-       Où k’j’suis ? 

-       Kelke part, et moi j’vé m’vengé… 

-       T’vengé ? D’ki ? 

-       D’toi, espèss’ d’monstr’ méchant ! 

Houla, ça sentait le roussi. Il vit Napoléork sortir une clé à molette de sa poche. 

-       D’abor’, j’vais t’kasser lé doigts… 

Krot’. Il était coincé, et l’autre imbécile faisait une crise de jalousie. Soudain, il eut l’illumination ! 

Son pouvoir ! Etait-il encore valide ? Il se concentra, et se retrouva propulsé dans la cervelle du grot. Celui-ci recula, effrayé. 

-       Sort d’ma têt’ ! Sort d’ma têt’ ! 

Il résistait. Tant pis pour lui. 

-       Sort d’ma têt’ Mork’Yav… SPLATCH ! 

La tête de Napoléork explosa. Dans un effort titanesque, le nob se releva, à la seule force de ses bras. Il voulut se redresser sur ses jambes, mais il ne les sentait plus. Il regarda ses membres inférieurs, et vit qu’ils avaient été broyés suite à l’explosion. Il se prit la tête dans les mains, puis entendit une voix. Celle-ci venait de très loin, mais il l’entendait comme si elle était à quelques centimètres de lui. Il se concentra, et vit une bande de boyz arriver vers la pile de débris, à huit kilomètres environ de là où il se trouvait. Il sentit leurs pensées, leurs émotions, leurs peurs. Il sentait sa propre puissance. Son esprit n’était plus celui d’un ork, mais celui d’un dieu. Il sourit. 

-       Y a plu’ d’Mork’Yavelle. Maint’nant, ce s’ra… 

Il eut un moment d’hésitation, puis ricana à nouveau. 

-       Prof’sseur X. 

 

 

 

Voilà, alors, comment avez-vous trouvé ce fluff ? 

Sympa les retournements de loyauté, non ? Et avouez que vous ne vous attendiez pas à ce que ce zouave de Mork’Yavelle devienne Charles Xavier ! 

Grob’ ;) 

 

 

Les Komiks : Magnetok et le CdA, suite et fin !

Voici enfin Magnetok fini, le grand, le beau, le gros, bref l’ork parmi les orks !

Redimensionnée à 85% (800 x 600) – Cliquez pour agrandirImage IPB


Redimensionnée à 85% (800 x 600) – Cliquez pour agrandirImage IPB


Redimensionnée à 85% (800 x 600) – Cliquez pour agrandirImage IPB

Comment trouvez-vous l’effet « je vole » de tous les débris ?

Par contre, j’ai toujours un gros souci avec sa cape, je ne la trouve pas assez bien, comparé au reste de la fig, elle gâche tout je trouve (niveau peinture)…

Redimensionnée à 85% (800 x 600) – Cliquez pour agrandirImage IPB


Ce qui est sûr, c’est qu’on ne peut pas le râter (tâche violette au milieu du champ de bataille, plus visible tu meurs), et que ça correspond au personnage, mais je la trouve moche.
Des avis et des conseils ?

 

Redimensionnée à 85% (800 x 600) – Cliquez pour agrandirImage IPB


Redimensionnée à 85% (800 x 600) – Cliquez pour agrandirImage IPB


Redimensionnée à 85% (800 x 600) – Cliquez pour agrandirImage IPB


Redimensionnée à 85% (800 x 600) – Cliquez pour agrandirImage IPB


Redimensionnée à 85% (800 x 600) – Cliquez pour agrandirImage IPB

Un morceau de viande de Blop à celui qui trouvera la figurine surprise de cette fin de CdA, et l’os pour celui qui trouvera les deux WIP qui sont dans le thème, mais que je n’ai pas pu finir…

Donc en conclusion, ce fut un plaisir pour moi que de partager ces petits (enfin, 3 mois quand même ! Les Komiks : Magnetok et le CdA, suite et fin !  dans Les Komiks blink ) moment d’insouciance, de légèreté et de finesse plus orks les uns que les autres avec mes collègues du CDA !
J’espère que ce CDA vous a plu, mais rassurez-vous, ce n’est pas la fin des Komiks !
D’ici dimanche arrivera la conclusion du fluff et je vais essayer de me faire mon propre CdA, en répétant la même chose, mais avec les X-Men cette fois ! Donc un Bizzarboy (Xavier), un Nob (Cyclope), un trakk (le Fauve et Forge), un buggy (Colossus et Shadowcat), et 3 motos (Nightcrawler, Gambit et Psylocke) !
Et puis après, la même chose avec X-force, mais que des motos ! Et après, Apocalypse et les Maraudeurs, en Ghazgull Trakka et kasseurs de tanks ! Et après…
Grob’ ;)



Auteur: Grobelin

grobelin

octobre 2011
L Ma Me J V S D
« sept   nov »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

monperroquet |
Claire de lune |
Pratiquer l'Aéromodélisme e... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Jo Voyages
| POULES ET COMPAGNIE
| Des idees pour faire sa dem...